Imprimer

Pourquoi des livres ?

Article Par Isadora Sertel
Paru dans : Aquarieus, nov.1990

Aux pèlerinages des « croyants », voire des touristes, avec leurs hauts-lieux à visiter, existe, en parallèle, puisque tout est binaire sur Terre, les Pèlérinages de l'Existence par Livres interposés.

Comme « on fait les châteaux de la Loire », on « se fait » telle ou telle œuvre littéraire pour son mieux-être « spirituel ». Cette expression populaire est explicite ! Ne permet-elle pas de remettre le mot « Patrimoine » en sa juste signification ? Sous ce mot, si souvent placardé, n'y-a t-il pas justement toujours ce dont cherchent à s'imprégner, à s'assimiler, le touriste, le lecteur, le pèlerin des lieux saints ? Ce « bien que l'on tient par héritage de ses ascendants » (Larousse), en effet, n'est pas seulement le château, la cathédrale, l'ouvrage célèbre : c'est, en vérité, cette Unité solide, éternelle, cette Force Conseillière par excellence (Monere : latin, conseiller; moine=Monos : seul, du grec) puisque venant de sa Patrie, de ses Pères, des « Ancètres Mythiques » porteurs et transmetteurs de la Connaissance.

 Alors, à chacun ses Lieux de prédilection, de « Pouvoir » ! À chacun ses « monuments », dans le sens étymologique et non seulement formel. Momumentum : qui permet de se souvenir ! À chacun ses Livres édifiants sur le parcours de son Chemin de Vie. Qui choisirait pour « l'autre » ? Tout comme la Vouivre prend le pèlerin, et pas l'autre, suivant la dilution énergétique qu'il peut supporter, qui lui sera « bénéfique », qui a « lieu d'être » pour son « mieux-être » !

Certes, il est des « monuments » parmi ces Monuments ! Les Textes Sacrés qu'on ne peut méconnaître, qui empêchent de lire « n'importe quoi » en donnant une base de vérités universelles; les Chartres, les Saint-Jacques de Compostelle, les Abbayes de l'Ordre de Cluny, de la littérature inspirée : les Bhagavad Gita, Yi King, Upanishads, Maîtres soufis, Saint-Anselme ou Maître Eckhart, etc... Mais que d'humbles chapelles ausssi, et tellement plus « chargées » parfois, car moins populeuses, la Vouivre se détournant des lieux où les touristes vont s' « âme-user » plutôt que s'infuser de sa Force : pour l'un des livres de René Guenon, de Fulcanelli, des Schwaller de Lubicz ; pour l'autre les Enseignements de Don Juan à Castaneda, ou de Mazu, Huang-po ; pour d'autres encore Siddharta d'Herman Hesse, le Prophète de K. Gilbran, le Petit Prince de Saint-Exupéry [1], etc...
Il faut de tout pour toucher tout le monde si varié ! Mais pourquoi préfère t-on tel lieu, tel livre ? Facilité et loi d'anthropie, Compensation névrotique, Mode et Désir de ne pas « se faire remarquer » s'ajoutent bien souvent aux pulsions « intimes » de l'in-tuition que le lecteur « ressent » !

On lit ce qui nous correspond, c'est à dire, hélas, souvent ce qui nous maintient là où l'on est, c'est à dire dans un état qui nous fait espérer un mieux-être et chercher des solutions... dans les seules livres ! Cercle vicieux où maintiennent les « romans » et autres récits de maladies, d'erreurs, de fausses explications et de conseils erronés ou momentanés.

Heureusement alors, suivant ses « goûts » subjectifs ou « divinement » insufflés, des ouvrages existent qui ouvrent ces gouts sur les Vérités Primordiales : des ouvrages anagogiques. Votre « dada » est-il la peinture ? Le Moine Citrouille Amène vous conduit de celle-ci au Tao par son Traité sur l'Art. Est-ce la vie relationnelle, voire même la chasse profane ? La Noble Science de Vènerie de Emmanuel-Yves Monin [2] vous entraîne, via toutes les religions, à l'Esprit de Vie qui anime toutes choses. Est-ce la nostalgie du passé, l'histoire, les aventures ? Les « romans » (apparement) de F. Tristan vous plongent dans la Vouivre éternelle qui réunifie les hommes, les peuples et explique l'histoire. Etes-vous même romantique, pantouflard ? Des Henri Bosco, George Sand, des Henri Bordeaux vous diront « oui, mais plus loin » et vous feront découvrir le fond de vos obsessions, les transformant en existence dynamique et sereine. Etes-vous un intellectuel ? Krishnamurti vous pousse à plus de clairvoyance. Un psycholoque ? Diel vous dévoile vos limites et vous « illumine ».... Un amoureux des animaux ? La Rencontre avec votre Animal Totémique [3] vous permet de « transcender » vos sentiments !
La Force de Vie prend par les pieds, prend par les yeux et soulève qui s'en approche. Mais celui qui se contente de visiter des musées, de lire des journaux ou des romans policiers, elle le laisse tranquile (sic !) momentanément. Jusqu'à ce qu'un ami conseille un livre qui l'a marqué, ou qu'un événement douloureux le pousse à trouver réponse, faute de maître en chair et en os,... dans un livre « chargé » par la Vouivre éternelle du Patrimoine humain.

Isadora Sertel

[1] voir L'Esotérisme du Petit Prince
[2] voir La Chasse Sacrée (Noble Science de Vènerie)
[3] voir La Rencontre avec votre Animal Totémique