Imprimer

Il étais une fois...

Article D`Emmanuel-Yves Monin
paru dans "Planète Gaia" N° 22, Janvier 2016 ( www.planetegaia.com )

Il était une fois... des communautés et des éco-villages pour prendre la suite de manière plus "constructive" (dites « intentionnelles »)...

Eco-village-Fribourg-Y-le-B

Fribourg

Je vous parle d'un temps que es moins de ... ? 30 ans ? ... ne peuvent pas connaître... Car je l'ai dit et redit dans plusieurs interviews (audibles sur Youtube ou mon Site), cela ne dura qu'un court laps de temps... Hélas pour tous ceux qui ont la nostalgie de telles expériences (et ils sont nombreux ! Nous rencontrons même dans certains villages, des adolescents habillés en "hippies" qui parlent de leur nostalgie de ne pouvoir revivre de telles images, véhiculées par des films, même commerciaux...
Certes on peut voir le verre vide (pessimiste) ou plein (optimiste) quand il l'est à moitié; mais on peut également le percevoir tel qu'il est, sans interférer avec ses souhaits et son imagination fantasmatique... En allant sur place ! En se rendant, lorsque les multiples annonces de fondation d'un éco-village apparaissent sur les sites relativement spécialisés (new age, hippy forum, rainbow, etc.-... Très instructif et "objectif".
Notons, pour simplifier déjà, que lors d'une des dernières réunions de l'Association des Eco-villages de France, à Paris, au café du Père Tranquille, il fut déclaré que ce terme ne pouvait plus être utilisé, car aucun éco-village n'existait désormais en France; il fallait alors parler d'éco-lieux, où une ou deux personnes au moins valorisait cette "philosophie".
Ayant parcouru une grande partie du monde uniquement pour regarder (et vivre dans souvent) ces constructions utopiques de mieux être, fort est de constater que toutes ces communautés ont disparu; à quelques exceptions près pour celles qui se sont transformées pour s'ajuster à la société actuelle (Longo Mai comme exemple). Précisions : on ne parlait pas d'éco-village, même si tous les protagonistes de ces rassemblements vivaient de manière relativement "écologique" ( recyclage des déchets, simple life, nourriture saine). Le mot est devenu à la mode, sans doute en même temps que celui de "créatifs culturels"...

Casita Verde
Casita Verde

 A l'étranger, les célèbres communautés ou éco-villages (Findhorn en Ecosse et Crystal Waters en Australie ayant été les plus "réussies" (ah les légumes et fruits énormes de la première... La vie chaleureuse de la seconde). Oui ! Elles surent résister, mais l'atmosphère est fort différente... "Nous vivions comme dans une banlieue" disant les habitants australiens... Chacun chez soi... « Ah ! ... » disent les habitants de Findhorn qui ne sont pas en méditation permanente : « Il n'y a plus de "vie"; même le fameux jardin est devenu une poubelle... Et pour survivre, nous avons besoin de touristes pour des stages de médiation »...
Je ne mentionnerai pas les autres ; même constats... Car les temps ont changé... Les cycles ont donné, en France ,à un certain moment , les trois directions bien symbolisées et "incarnées par trois événements : la Revue Planète et le Matin des Magiciens, la revue Actuel... et l'apparition de la Vie claire (nourriture saine en livrets et magasins... Plan spirituel, relationnel et bien basique respectivement ...
De même après les réactions spirituelles (route des Indes, gurus divers), et physique ( Mai 68), les Hippies manifestèrent le pôle relationnel, développé ensuite par les Néo-ruraux, puis le New-age de manière de plus en plus synthétique et englobante de ces trois tendances "vitales".

Eco-village par Katell le B.
Eco-village par Katell le B.

Aujourd'hui ? On constate facilement et sur le terrain et sur tous les forums que l'on est au point de l'Individualisme, du véritable "travail sur soi", de la véritable "autonomie", de la véritable recherche de "conscience"... Processus naturel avant le prochain "cycle" sans nul doute ...
Alors ... hélas ! plus d'existence en communauté comme chacun en rêve et le souhaite (bis : regardez les forums et leurs annonces)... Dommage, certes, car quelle magnifique école pour se connaître soi-même en se frottant aux autres de manière systématique ! Les désires profonds (« ontologiques" de tout humain sont fortement frustrés... Demeurent les couples, les groupes d'amis, les festivals qui n'ont pas subi le même sort de décadence... Une autre forme (plus intense car moins largement émotionnelle, moins "freedom", moins "peace, brother" que les relations de l'époque "communauté...

Alors ?
Reste à lire...

Emmanuel-Yves Monin