Imprimer

"Ils avaient lu tous deux « Le petit Prince » de Saint-Exupery."

( Essai sous forme de Conte ) par Emmanuel-Yves Monin

« Oui ! ... » dit la Maîtresse d'école à un de ses élèves tout particulièrement doué pour la comprendre... « Tu seras pour moi comme le Petit Prince du grand Saint-Exupéry... Je t'en ai fait lire l'aventure, la semaine dernière, et je suis sûre que tu l'auras compris...
Dans le désert intellectuel de ma routine d'enseignante, je vais me réjouir chaque matin de te voir arriver, tout prêt à m'écouter, toi, mon Petit Prince à moi, ouvert à l'enseignement que je vais te donner... Je te raconterai comment on vit sur ma planète, la planète des Adultes où j'ai longtemps déjà vécu, rencontrant tous les types de ses habitants, de ses « grandes personnes » comme disait l'auteur...

- Oh oui !... répond alors l'Enfant... Mais je peux dire aussi, cessant alors de vous nommer Maîtresse, que vous êtes pour moi comme le Petit Prince de ce grand Saint-Exupéry... et que ce sera aussi pour moi une joie de vous voir arriver dans la classe, chaque matin à la même heure...Dans le grand désert de mon existence actuelle, où tous mes camarades ne recherchent et n'apprennent que l'essentiel utile pour réussir leurs examens, vous serez une semblablement miraculeuse apparition; j'ai soif de connaître les hommes qui peuplent cette terre, car les gens qui m'entourent sont bien trop occupés par des chiffres et des mots, par la soif et la faim, par le plus et le moins, pour pouvoir se loger et manger et nourrir leurs enfants et calmer leurs parents, et guérir leurs malades et s'user tout le jour pour le repos du soir ...Les adultes et les enfants sont tous vraiment étranges ! Où pourrais-je en rencontrer des « vrais », qui donnent envie de rire et d'admirer les fleurs et le ciel, et les couchers du soleil ?

- Oui ! Je t'apprivoiserai ainsi, enfant qui est pour moi le Petit Prince, pour te faire aimer les humains; tous les jours je te le montrerai un petit peu plus: derrière chacun de leurs défauts, il est un coeur qui palpite pour l'amour et pour la joie de vivre... Cela ne se voit pas avec les yeux; tu sais déjà cela... L'essentiel est dans ton regard vers eux qui dépasse les formes, les images et toutes leurs jérémiades...

- Ah ! Maîtresse tant attendue qui sait me parler ainsi que le Petit Prince, jadis, parlait au merveilleux Saint-Exupéry, combien je suis heureux de t'avoir rencontrée! J'aimais pourtant ma Mère, et puis j'aimais mon Père... et j'aimais bien ma soeur, et ma grand mère aussi... Mais aucun d'eux n'avait, comme toi, cette douceur et connaissance...

- Tu ne savais pas voir alors, sous leurs apparences, au-delà des problèmes et des conflits qu'ils ont avec eux-mêmes, tout l'Amour qu'ils recelaient pour toi.

- J'étais sans doute trop jeune dans ma tête, alors, pour cela ... Grâce à toi, Maîtresse-Petit-Prince, aujourd'hui, je le perçois ou même je le vois...Il en fut de même pour la Rose que le célèbre héros ne supportait pas toujours chaque jour entièrement!

- Chaque être a, tout comme elle, de multiples épines, mon jeune Petit Prince à moi...Ils se défendent ainsi contre les malheurs qui courent, et contre tant d'autres humains aussi qui voudraient être nourris par eux et s'endormir tout près d'eux et rêver ainsi leur existence sans effort et leçons ... Utiles, ces épines, pour que tu les vois seulement, ces êtres qui t'approchent, pour que tu les admires, les écoutes mais ne t'attaches pas à eux, aveuglément et « pour toujours ».

- Je comprends bien cela... Mais vous-même alors, ma Maîtresse, serez vous comme la Rose et ses piquants et ses crises de grande vanité? Ou serez-vous seulement mon Petit Prince à moi qui parle de la vie et des humains sur Terre et de ce qui vient après cette existence ici ?

- Je serai tout pour toi, comme tous les êtres humains le sont pour tout le monde, pour celui qui sait voir: comme le Petit Prince ramonait ses volcans, mes paroles seront là pour que tu ne fasses pas de gros blocs de croyances en ta tête, mais que demeure ouverte ta faculté de voir, de comparer et de comprendre toutes choses en ton monde. Regarde les humains qui vieillirent sans penser, sans remettre en question ce qu'on leur enseigna; tout gonflés d'idées fixes qui sont pensées des autres, en voyant la fin de leur existence, les voilà souvent qui explosent, comme le font les volcans trop longtemps endormis: vois-les qui sont méchants avec leurs entourage, ou qui partent enfin vivre leur vie si longtemps refusée, et qui laissent exploser leurs passions de retour.

- Mais comment donc Maîtresse, connaître alors le grand Art de la Vie ? Serez-vous mon Renard tellement plein de sagesse, ou même le Serpent qui apprenait le reste au fameux Petit Prince ?

- Oui ! Je le peux sans doute... C'est ma fonction à moi, comme il est des Géographes, des vrais, et comme il est des Allumeurs de Réverbères...Car j'ai beaucoup appris des humains, moi aussi, en les regardant, comme je te l'ai conseillé déjà... Et en écoutant tous ceux qui, comme Saint-Exupéry, ont observé la Terre, et compris et l'ont alors aimée. Oui! tous les Connaissants qui vécurent avant lui et ceux qu'il a connu au cours de ses rencontres dans les déserts du monde...

Vois, venir à l'école devient vraiment un Rite... et cela donne vie à toute l'existence ! Ne vois plus un Chapeau là où est un petit Eléphant: ne vis pas cette école comme prison et autres obligations; mais comme retour chaque jour à la Source, comme à ce Puits célèbre dont l'auteur t'as parlé. Chaque Goutte de son Eau est un enseignement pour vivre mieux sur terre, et elle t'apprendra même à savoir choisir, parmi toutes celles que tu préfères, celles qui font pousser les fleurs en toi, et non ta hargne, ta tristesse et ton repli sur toi. Chaque Goutte de cette Eau, ce sont aussi les livres, ceux qui reflètent le soleil, la lune ou les étoiles... Chaque jour, je te les ferais voir ; ce sont, pour moi, comme les blés qui ondulent, comme les cheveux du Petit Prince de son conte: des Rappels de la beauté, du Calme, de la Paix en soi et tout autour..., l'ouverture permanente à ce qui est vivant; en un mot: le Bonheur !

- Et combien moi j'adore vous entendre parler... Elles sont, vos paroles, comme des Etoiles qui scintillent alors dans tout mon corps, dans ma tête, au plus profond de moi aussi.

- Mon désert d'existence s'illumine de voir ton visage souriant et heureux, mon Petit Prince à moi, mon élève tellement plus ouvert que tous ceux que je vois chaque jour, chaque année... et depuis si longtemps... Et sans parler des Adultes que je côtoie aussi et qui, bien trop souvent, ne valent vraiment guère mieux! Mais attention, petit garçon, car j'aurai parfois cependant des épines, moi aussi !
Attention, Petit Prince! Qui aime bien doit bien souvent châtier, comme le Chasseur doit protéger les poules en tuant les Renards! As-tu compris cela dans les Dits du Renard?
Tu partiras peut-être alors bien loin de moi, à cause de cela... Et j'en serai fort triste... Et puis je serai triste aussi, un jour, et c'est fatal, lorsque tu partiras tout seul, vivre ta vie d'adulte, quittant ta planète d'Enfant...

- Je partirai peut-être, et certainement même, mais jamais cependant je ne vous oublierai; les vraies Maîtresses sont si rares, qui comprennent les douleurs profondes des élèves perdus entre leur Planète encore de rêves enfantins et la Terre des Adultes, si sèche et attristée et attristante ainsi. Chaque fois que je verrai une école ou un livre, je penserai à vous et tout mon être vibrera de joie, j'en suis déjà bien sûr, tout comme il est déjà vibrant, en ce jour d'aujourd'hui... Mais dites-moi, Maîtresse : comme le Petit Prince a rencontré le Pilote de l'avion qui s'est écrasé chez lui et le Renard aussi, ne vais-je pas moi-même, tout au long de ma vie, rencontrer d'autres amis ainsi, des amis comme vous?

- Il est, chez certains peuples, et je le crois aussi, des Amis animaux, certains disent «totems », qui savent être présents quand tu as besoin d'eux. Pas toujours par les formes auxquelles on peut s'attendre, mais parfois en images ou en rêves aussi... Pour l'un c'est le Renard; pour d'autres une Licorne, un Ver luisant pour lui, un Jaguar pour un autre. J'ai lu tout un livre parfait sur ce même sujet... Je te le prêterai. Tu apprendras comment « apprivoiser » ton « animal », comment le voir apparaître, auparavant, tout comme le Petit Prince découvrit son Renard...Mais peut-être en as-tu déjà rencontré une, de ces Aides magiques ?

- Bien sûr, puisque Renard ou Petit Prince, ou Serpent, ou Puits dans le Désert, les miracles sont partout lorsqu'on en a besoin: Comme je vous ai vu apparaître vous même, dans ce moment si pénible et si triste de ma courte existence: un trésor est caché dans tout champ, c'est mieux encore que ce que disait la Fontaine !

- Oui! Tu le comprends bien, petit garçon tellement intelligent car tellement ouvert au désir de comprendre... Que ce soit le Pilote, que ce soit le Renard, que ce soient le Buveur, ou le Roi, ou bien que ce soit moi, ou même tes parents, d'autres maîtres d'école: oui! Tous les personnages que tu vois devant toi sont des aides pour toi si tu sais les comprendre...

- Mais si eux ne peuvent pas, alors, m'aimer et m'écouter, me parler et m'aider ? Car j'en ai vu plus d'un, et je l'ai dit déjà, et même en ma famille, qui n'ont jamais de temps pour s'arrêter un peu; ils se précipitent sans cesse toujours ailleurs qu'ici, en leurs têtes tout comme par leurs corps.

- Ils t'aident même ainsi, car te permettent alors de savoir si tu veux rester quelques temps auprès d'eux ou si tu veux t'enfuir pour aller voir ailleurs; pour que tu puisses ainsi choisir entre les courses folles et les marches tranquilles aux échanges de paroles légères...

- En profitant, pour fuir l'insupportable, et comme dit l'Auteur, d'un vol d'oiseaux sauvages ?

- C'est vraiment le Sauvage en toi qui comprendra; la partie de toi même qui rêve de partir, d'aller plus loin et plus haut tout le temps, qui refuse les règles contraignantes qui apportent douleurs et tristesse chaque fois. Tu partiras alors pour rejoindre les tiens, ceux qui comme toi, sont ouverts à la Vie... ou veulent la comprendre ! C'est ton «sauvage » à toi qui liera amitié avec d'autres Sauvages... Mais vois que le Sauvage n'est pas un fou furieux, comme certains voudront sans doute te le faire croire ; il se veut seulement responsable lui-même de ce qui lui arrive; pas de bouc émissaire, en aucun cas, pour lui! Il fuira les contraintes qu'il sent le pervertir; et s'il se trompe alors: tant pis pour lui, dit il. Mieux être soi-même en erreur et comprendre que refuser une leçon et demeurer idiot et bêlant comme font les moutons ...

- Ah ! les fameux moutons !

- Il finit par s'enfuir celui du Petit Prince; il n'aimait pas les cages, lui non plus... Et ma petite amie aussi... Il faut que je te dise: je l'aimais bien pourtant; mais lorsque je lui parlais, elle me disait souvent que j'était beaucoup trop compliqué dans ma tête, que je voulais sans cesse la faire devenir autre... Elle m'a quitté... mais elle a pleuré beaucoup aussi, elle alors...

- Eh oui ! Et « mystérieux » est le pays des larmes... et difficile de faire comprendre son amour en l'expliquant... Aimer sans rien attendre, pas même d'être compris... et sans vouloir comprendre pourquoi on est heureux tout simplement ensemble ainsi... Il te faudra de nouveau, toi aussi, apprendre à l'apprivoiser... pour que son coeur à elle aussi chante tout au profond d'elle-même, la même chanson qu'en toi... et qu'en pensant à elle, tu souris de nouveau... Comme une rivière coule naturellement quand rien n'encombre son cours, comme les volcans du Petit Prince ne risquent pas d'exploser puisque régulièrement bien nettoyés, quand tu auras toi-même un peu compris la vie des hommes, tu reviendras à elle et elle te dira sans nul doute les mêmes mots que la Rose avait dit: « J'étais trop vaniteuse »... Et toi diras alors: « et moi j'étais trop jeune pour bien savoir t'aimer ». Ne laisse pas la haine et les reproches demeurer dans ton coeur contre cette amie là; tu te souviens je crois, toi qui sus si bien lire et comprendre le Conte de Saint-Exupéry, des racines des Baobabs. Comprends bien le sens de celles-ci... Les baobabs sont beaux, et puissants et leur ombre est toujours fort agréable pour les jours de chaleur... Mais leurs racines qui s'étendent brisent la terre la plus ferme. Saint-Exupéry met en garde: si tu as dans ton coeur de mauvaises pensées et continues à haire ton amie parce qu'un jour elle partit, c'est bien la preuve, hélas, que tu n'as pas compris... la valeur et le sens de l'Amour. Et plus tu pesteras, plus les racines de ta haine détruiront ton entendement, et ton intelligence, ton bonheur et tout l'amour en toi pour toute créature de toute la création.

Vois-là comme une Rose, la Rose particulière parmi tant d'autres roses qui a su, elle aussi, un jour, t'apprivoiser ... et que tu sus aussi, toi-même, un jour apprivoiser. Attends alors la prochaine rencontre... en allant, tu le sais, là où il fait aller; le Renard te l'a dit, toi qui lus le récit qu'en fit notre grand, notre très grand ami, jadis: Saint-Exupéry.

- C'est donc comme le Buveur, comme l'Allumeur de réverbères, comme le Roi et les autres personnes que le Petit Prince a rencontrés sur Terre? Mon amie et moi-même sommes très malheureux: tous les humains aussi sont malheureux et font tout ce qu'ils peuvent faire pour oublier cela ?

- Beaucoup agissent ainsi... ce que conclut alors Saint-Exupéry... L'un boit pour oublier sa solitude, et l'autre se pavane pour oublier que personne n'est jamais là pour l'admirer; un autre se fatigue pour être respecté et aimé...

 - Et le Géographe alors ?

- Il se veut important pour oublier la tristesse d'une existence sans amour ou sans but qui rayonne et rend le monde heureux.
Mais il en est aussi, qui comme le Renard et comme le Pilote dans cette belle histoire, ont compris que le Bonheur n'était pas dans la fuite, ni n'était dans la course aux honneurs, dans la pilule artificielle contre la soif de bien vivre... Ils ont « créé des liens »: Saint-Exupéry nous l'a dit. Ils ont souri, parlé aux malheureux perdus dans le désert de leurs étroites existences. Ils ont donné de belles images pour réjouir les coeurs.

- Oh oui! Cela je le sais; je l'avais bien compris.... ainsi il me fallait vous rencontrer aujourd'hui, chère Maîtresse, comme on rencontre un Renard fort sage un Petit Prince fort curieux et ouvert, pour être sur que mes pensées étaient des vérités et que le chemin de mon existence était vraiment tout de suite le bon; sans besoin de lutter contre des épines qui protègent des erreurs de parcours, sans m'arrêter aux disputes vaniteuses qui sont des obstacles empêchant d'avancer... Sans... Mais bon! Je comprendrai le reste une prochaine fois, à chaque pas sur ce Chemin de Vie qui donne le Bonheur pour soi et peut-être aussi, ensuite, pour tous les êtres rencontrés et aimés. C'est vraiment une grande leçon que vous m'avez donnée, Maîtresse bien-aimée, mon Petit Prince à moi et mon Renard aussi !

- Elle tient en peu de mots, comme Saint-Exupéry a su la faire tenir en quelques pages et en quelques simples images; je vais chanter pour toi une belle chanson qui résume cela; tu n'auras qu'à te la répéter dans tes jours de tristesse pour retrouver en toi ce que tu sais déjà mais que les sables du désert enfouissent régulièrement chez qui vit en désert... Ecoute : la voici ! Elle est remerciements aussi à l'auteur de ce Conte qui nous permit cette Rencontre :

« Saint-Exupéry,

Tu as très bien dit

Par le Petit Prince

Et tout tes amis :

Qu'on ne voit bien

Qu'avec le Coeur

Qu'il faut créer

Des Rites, des Liens!

 

Saint-Exupéry,

Dans tous tes écrits,

Tu nous as tout dit :

Tu nous as dit

Tout, tout, tout, tout

Tu voyais bien

Tout, tout, tout, tout

Des Lignes de force

Qui liaient les choses

Qui liaient les êtres

Qui reliaient tout

Tu nous as dit

Qu'il fallait des Rites

Et le juste Rythme

Pour apprivoiser

Pour vivre ses Liens

Et construire enfin

Un monde chargé

D'Amour et de Paix!

Une Citadelle

Où collaborer

Pour la Vie réelle !

 

Lien entre les choses

Perçu :

"Voici que je puis te dire" la forteresse de ton village "et ainsi t'éveiller le coeur..."

 

Lien entre les hommes

Conçu :

"Et je les sollicite de m'aider..."

 

Lien avec le Noeud

Qui relie les Choses

Revu :

"L'invisible Noeud qui nous les choses et les change en empire, en visage familier..."

 

Saint-Exupéry,

Dans ta forte vie

Tu lanças, tu lanças, tu lanças

Des lignes d'avion

Des lignes de Vie

Des lignes, des lignes, des lignes

Et ton nom s'imprime

Parmi : "Les Fidèles d'Amour"

 

Tu es fidèle

A l'immortel

Au vrai Réel

De toute existence."

 

 

 Emmanuel-Yves Monin

.........................................................................................

 

NOTES :

- L'ouvrage conseillé à l'élève : "A la Découverte de votre Animal totémique" d'Emmanuel-Yves Monin.

- La Chanson "Saint-Exupéry" est de Florian Lacour (http://florianlacour.free.fr). Elle a été enregistrée par le groupe « les Fidèles d'Amour ».

- Floriant Lacour a aussi ecrit une version en anglais de la chanson "Saint-Exupéry" voir ci-dessous:

SAINT-EXUPERY...

(English version)
Paroles et Musique : Florian Lacour

Saint-Exupery !...
What  the Little Prince said was true
And Time cannot erase
The wisdom of His words
Which are due
To you!

You told us with such great Art
That it's only with the Heart
That we should always take part
In Rituals and Links ,really,
Of Nature and Congeniality...

Saint-Exupery !...
What the Little Prince said was true
And time cannot erase
The wisdom of His words
Which are due
To you!

Saint-Exupery !...
In every line you wrote
The Message came on through :
The Little Prince really has to be
Found by me, within me,
As He was found by you...

Saint -Exupery !...
Thanks for your kindness
In reminding everyone and
me
Of those powerful Forces
That join all the Beings
That join everything...

Saint-Exupery !...
You told us that with Rites ,
Along with Rhythms always right,
One can help to tame and garantee
That a World at last charged with Love,
A perfect Citadelle of Peace will come!